Le Vatican et le Saint-Siège, c’est pareil ?

Cardinal Voiello (Silvio Orlando) dans la série The Young Pope
Le Cardinal Voiello (Silvio Orlando) dans The Young Pope : une éminence grise aux manigances pas très catholiques, mais qui conseille assidûment le pape Pie XIII…

Dans la série The Young Pope du réalisateur Paolo Sorrentino diffusée simultanément sur Canal+, Sky Atlantic et HBO, l’action se déroule au Vatican. Sans qu’il soit toutefois expliqué une seconde, dans la bouche d’un des protagonistes, ni même du pseudo obscurantiste pape Pie XIII, ce que ce petit Etat représente. Les explications d’Austen Ivereigh, avec la participation de Natalia Trouiller, dans le livre Comment répondre aux questions brûlantes sur l’Eglise sans refroidir l’ambiance (Editions de l’Emmanuel 2016).

La ville du Vatican, malgré sa splendeur, n’est qu’une petite partie de la ville de Rome. Elle est cependant reconnue comme un Etat suite aux Accords du Latran de 1929. Cet accord signé avec le dictateur italien Benito Mussolini mettait un terme à la question de la souveraineté territoriale du Vatican qui se posait depuis la perte des États pontificaux et la naissance de l’Italie en tant qu’Etat-nation.

On entend dire parfois que c’est uniquement grâce à ces accords que le Vatican est reconnu sur le plan international. Mais ce serait confondre le statut du Vatican comme État et la souveraineté internationale du Saint-Siège, reconnue, elle, depuis des siècles, et donc bien avant 1929. Par exemple, les plus anciennes relations diplomatiques que la France entretient sont celles qui la lient au Saint-Siège depuis le XIIIe siècle. Ces relations ont été formellement établies sous Henri IV et ne connurent d’interruption qu’entre 1904 et 1921, soit plusieurs années avant les Accords du Latran. La nonciature apostolique en Suisse, établie en 1597 à Lucerne, est la plus ancienne représentation permanente du Saint-Siège au nord des Alpes. Le nonce était alors accrédité auprès des cantons catholiques, avant de l’être auprès de la Confédération dès 1803.

Les Accords du Latran manifestent que le Vatican est un Etat insignifiant en termes de «pouvoir dur» (il n’a ni armée ni force économique), mais, étant donné sa capacité à toucher les cœurs et les esprits, on lui reconnaît un «pouvoir doux». Le Saint-Siège a participé de près à certains évènements historiques, comme l’effondrement de l’Empire soviétique, dans lequel le pape Jean-Paul II a personnellement joué un rôle crucial.

La plupart du temps, comme l’atteste la restauration des liens entre les Etats-Unis et Cuba en décembre 2014, suite à la patiente médiation du pape François, les résultats montrent l’efficacité considérable du travail mené en coulisse par le réseau diplomatique de l’Eglise.

Le Vatican est le siège de la gouvernance universelle de l’Eglise catholique. Il détient une souveraineté internationale, ce qui signifie qu’il est reconnu comme une entité légale, avec laquelle les gouvernements peuvent entretenir des relations. Cette souveraineté est ce qui permet, par exemple, à l’évêque d’un diocèse d’être nommé par le Vatican plutôt que par le gouvernement local.

Elle donne aussi à l’Église une indépendance déterminante par rapport à tout pouvoir politique. La liberté religieuse, c’est-à-dire la liberté de pratiquer sa religion, de manifester sa foi, etc., est protégée par l’indépendance de l’Eglise catholique, manifestée par sa souveraineté internationale.

Rien de ce que le Saint-Siège parvient à accomplir dans le monde (en usant de son autorité morale et de sa présence auprès des pays du monde entier pour faire changer les choses de façon efficace) ne serait possible sans cette souveraineté internationale.

Le Saint-Siège existe en tant qu’oganisation de manière ininterrompue depuis le IVe siècle, ce qui fait de lui un des États-Nations les plus anciens au monde. Ses relations ne sont pas restreintes aux pays de tradition catholique : quelques 180 pays entretiennent des relations diplomatiques avec le Saint-Siège, et on compte 83 ambassadeurs près le Saint-Siège résidant à Rome.

Pietro Parolin vs cardinal Voiello (Silvio Orlando)

Le parcours de l’actuel secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin (à des années-lumière du cardinal Voiello joué par Silvio Orlando dans The Young Pope), donne un bon aperçu du type dactivités diplomatiques dans lesquelles le Saint-Siège est impliqué. Cet homme a renforcé les liens entre le Vatican et le Vietnam, ce qui a permis d’établir des bases de la liberté religieuse. Il a fait faire un grand pas en avant aux relations entre le Saint-Siège et la Chine. Il a été à la pointe des efforts du Vatican pour approuver le Traité de Non-Prolifération Nucléaire et à l’origine de la libération des quinze membres de la marine anglaise pris en otage par les forces iraniennes dans le Golfe persique en avril 2007.

Plus tard, comme sous-secrétaire de la section pour les relations avec les États, il a notamment pris part à des médiations dans des zones troublées telles que le Timor oriental, et aux négociations de paix entre L’Équateur et le Pérou au sujet de leurs frontières. Il a également soutenu les efforts internationaux pour bannir les armes à sous-munitions. Depuis sa nomination comme secrétaire d’État, il a supervisé les efforts du Vatican pour combattre le trafic d’êtres humains. Pierre Morel, ancien ambassadeur français près le Vatican (que l’un des contributeurs de ce blog a connu lorsqu’il était ambassadeur à Moscou, mais on s’en fiche un peu nous direz-vous), décrit en ces termes le rôle unique du Saint-Siège dans la diplomatie mondiale :  « Le Vatican exprime les profondes frustrations des peuples du monde, et son appel provient de la souffrance des communautés des deux côtés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *