Pourquoi avoir peur de se confesser ?

Pie XIII sort du confessionnal dans The Young Pope. Admirez l'éclairage de la Bible et du crucifix : comme dans un musée !     Pie XIII sort du confessionnal dans The Young Pope. Admirez l'éclairage de la Bible et du crucifix : comme dans un musée !
Pie XIII sort du confessionnal dans The Young Pope. Admirez l’éclairage de la Bible et du crucifix : comme dans un musée !

Dans la série The Young Pope, la confession semble être davantage un outil du pouvoir vaticanesque qu’autre chose. Dans ces conditions, on comprend que cela ne donne pas envie au téléspectateur d’aller rencontrer un prêtre. Peut-être, d’ailleurs, que certains d’entre eux ont tout simplement peur d’aller se confesser… A juste titre ? La réponse du Père Jean Legrez, tirée du chapitre « Dieu pardonne-t-il ? » tirée (et librement adaptée) du livre 100 questions sur l’Eglise (Editions Artège).

Dans un de ses fameux Sermons, Marcel Pagnol écrit à propos de la confession: « Et pourquoi avez-vous peur de la confession ? Il y en a beaucoup que c’est par vanité. Ils ont peur d’avouer à un autre homme toutes les fautes qu’ils ont commises, et ils s’imaginent que je vais prendre des notes dans ma tête, et que si je les rencontre dans la rue, je vais les regarder d’un air malicieux, en pensant à leur confession. Mais, mes pauvres enfants, si un prêtre gardait dans sa mémoire tous les péchés qu’on lui confie, il lui pousserait une tête comme une coucourde ! En réalité, ce n’est pas moi qui vous écoute, moi, ça renne par une oreille, ça sort par l’autre pour aller jusqu’aux pieds du Bon Dieu. »

Pourquoi cette appréhension de la confession ? Qu’est-ce qui fait obstacle à cette démarche d’aller voir un prêtre pour se confesser ?

Je crois que c’est essentiellement la perte du sens du péché (cette coupure d’avec Dieu, ndlr). Il y a probablement plusieurs raisons. Il y a sans-doute eu au XIXe siècle et jusqu’à la deuxième guerre mondiale, un excès de moralisme, de rigorisme, de légalisme, hérité du jansénisme, qui était (malheureusement) courant dans l’éducation chrétienne, et qui a finalement produit chez beaucoup de fidèles un phénomène de culpabilisation extrêmement désagréable. Certaines personnes en sont devenues malades et ont développé un tempérament scrupuleux ou malheureux. Il s’en est suivi que le sacrement de la réconciliation était très mal vécu. Lorsque j’ai été ordonné prêtre, il y a un peu plus de 25 ans, je me souviens très bien — nous étions dans la période où les sciences humaines, la psychologie en particulier, étaient très à la mode — alors que je préparais des enfants à la première communion, des parents me disaient: « Surtout, ne leur parlez pas du sacrement de la réconciliation et de la pénitence. La confession est quelque chose d’épouvantable, et même de dangereux. » Je devais prendre beaucoup précautions pour expliquer à ces parents que recevoir le pardon de Dieu est source d’une joie qui apporterait un bonheur profond à leurs enfants.

Ainsi, on ne peut pas nier qu’un certain moralisme a fait beaucoup de dégâts. On avait oublié que le Dieu de Jésus-Christ est amour et non pas un Dieu gendarme, un Dieu père fouettard, un justicier implacable… (comme le Dieu du pseudo pape Pie XIII, ndlr). La religieuse Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus est en grande partie responsable de la sortie de cette sinistre impasse ! (Sinistre, comme dans la série The Young Pope ? – ndlr). Bref…

Donc la confession, au final est sensée vous apporter beaucoup de joie, précisément celle des retrouvailles !

Alors, maintenant que vous êtes briefé, chiche d’aller vous confesser à un prêtre ? Qu’est-ce qui vous retient, maintenant, de vous réconcilier avec Dieu ? Lâchez un com’ ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *