Le pape sort-il souvent d’une piscine tout habillé ?

The Young Pope (Pie XIII) sort de sa piscine
The Young Pope (Pie XIII) sort de sa piscine… tout habillé ! Au loin, Saint-Pierre de Rome semble la proie des flammes…

Cette image est un peu capilotractée, tout comme celle du pape qui fume (cf notre article « mais que fait donc le pape de ses journées ? »). Alors même s’il s’agit d’une campagne de Canal + faite pour susciter des abonnés autour de la nouvelle série The Young Pope, bien sûr que le pape ne sort pas trempé de sa piscine, il n’y entre même pas tout habillé comme en burkini, et sa piscine n’est pas en forme de croix, comme tout ce qui concerne l’Eglise et le pape (églises en forme de croix ?, Vatican ou place saint Pierre en forme de croix ?, papamobile en forme de croix ?, avion papal en forme de croix ?, micros en forme de croix ?, petit-déj en forme de croix ?, bénédicité en signe de croix ?, crucifix en forme de croix mais à l’envers cf bande-annonce, etc.).

On peut cependant révéler ici qu’il existe bel et bien une piscine papale. Et oui ! Elle a été installée par le plus sportif de nos trois derniers papes, à la résidence d’été de Castel Gandolfo, à 20 km du Vatican, par   Jean-Paul II (François, il lui manque un poumon dû à une grave maladie étant étudiant, Benoît XVI était déjà un peu âgé quand il est arrivé). Dès qu’on trouve une photo, on vous la montre…

Ainsi, je ne sais pas si ça vous intéresse, mais on surnommait Karol Wojtyla alias Jean-Paul II, l’«athlète de Dieu». Il est ainsi le seul successeur de Pierre à avoir pratiqué le football, la natation, le canotage, le ski et l’alpinisme. Au foot, il était plutôt courageux si l’on considère qu’à l’époque les jeunes polonais – par ailleurs assez pauvres – ne jouaient pas avec les chaussures à crampons comme cela se fait aujourd’hui mais utilisaient des chaussures de montagne, souvent pourvues de clous… Ainsi, il n’était pas rare que le petit Karol, pour parer les tirs et encaisser la charge des adversaires, rentre chez lui en loques… Heureusement, son père était plutôt cool, affirmant paraît-il que les coups de pieds pouvait bien tremper le caractère d’un jeune polonais…

Aussi nous laissons ici la plume à Franco Bucarelli, journaliste vaticaniste de la RAI, qui donne son témoignage… il y est question aussi de la piscine de Jean-Paul II, et des clichés ‘compromettants’ (?) pris en sortant de celle-ci…

A douze ans, Karol découvrait la beauté de la natation. L’idée de courir et de participer à des courses sur l’eau le fascinait mais cela n’était pas facile dans la mesure où, dans cette région de la Pologne, la mer est très éloignée et représentait presque un mirage pour ces jeunes. Il fallait donc apprendre à nager dans les rivières. Mais ce n’était pas rien car les courants étaient forts et, comme chacun sait, l’eau douce ne soutient pas les nageurs. Mais le garçon était tenace et, en peu de temps, il a appris à utiliser la technique des longues brasses et de la respiration à fleur d’eau.

Il a également défié de petits rapides et de gros cailloux à bord d’un canoë artisanal, évitant avec brio les cent dangers qui caractérisent un parcours aquatique de ce genre. Devenu un peu plus grand, au lycée, il commença à découvrir les beautés de la montagne. (…) A la première occasion, il s’unissait à des amis qui partaient pour la chaîne des monts Tatra, qui marquent la frontière entre la Pologne et la Slovaquie, cimes merveilleuses entourées par des forêts de pins. Il profitait des vacances du mois d’août pour s’adonner aux joies de l’escalade, souvent en solitaire, par ces sentiers raides, jusqu’à atteindre les 2.499 mètres d’altitude du mont Rysy, au sommet duquel on découvre un panorama extraordinaire avec, en arrière plan, le lac Morskie Oko que les polonais appellent «l’œil de la mer».

C’est là que le jeune Karol aimait pêcher en solitaire, concentré dans ses pensées de jeunesse et dans ses méditations qui annonçaient déjà sa future vocation sacerdotale. Tous ces sports, il a continué à les pratiquer en tant que prêtre, d’abord comme curé et même en tant qu’évêque.

En 1967, il se trouvait justement en barque quand il fut rejoint par la nouvelle que le Pape Paul VI l’avait créé cardinal. L’appel en Conclave interrompait la pratique du ski qui avait vu ce jeune et vigoureux cardinal prendre sur ses épaules une vieille paire de skis et s’élancer sur les pistes qui entourent Zakopane, la Chamonix polonaise où les champs de poudreuse s’étendent à perte de vue.

Depuis sa jeunesse, il avait appris à descendre comme une gazelle d’hiver, le long de ces pentes dangereuses, jouant à faire le slalom entre les centaines de sapins, défiant presque la nature pour laquelle il avait cependant un respect sacré. Jusqu’à l’hiver 1978, il n’y eut pas d’hiver qui ne le vit skier sur les pistes des monts Tatra.

Devenu le Pape Jean-Paul II, au cours d’une vacance sur l’Adamello, il laissa littéralement de glace le Président italien Pertini qui s’attendait à tout sauf à ce que le Pape soit un excellent skieur. Le chef de l’État s’approcha et lui dit: « Compliments, Sainteté, je dois vous confesser que j’ai été choqué de vous voir aller aussi vite sur la neige ». Karol Wojtyia, souriant, lui répondit: «Monsieur le Président, je suis fils des montagnes !».

Autour de la fameuse piscine

Au cours des premières années de son Pontificat, il se fit construire une piscine à Castel Gandolfo, faisant de longues séances de natation à l’heure de la sieste. Alors que tous ses collaborateurs sommeillaient, lui, à coup de brasses vigoureuses, allait d’un bout à l’autre du bassin à la stupeur des gardes suisses…

Imaginez aussi la surprise des jardiniers qui, entre une taille et l’autre, se montraient pour voir le pape nageur… Mais ce hobby dura peu de temps parce que la nouvelle fut dévoilée et des photographes se positionnèrent dans les environs de la villa pendant des semaines entières !

Puis, grâce à un jeu diabolique de miroirs et de téléobjectifs, ils réussirent à prendre une photographie du pape qui sortait de la piscine ruisselant d’eau et qui s’essuyait avec une nappe sans que personne de la surveillance vaticane ne s’aperçoive de la présence des intrus. Les clichés firent le tour des agences mondiales. Mais le Souverain Pontife – quand il l’apprit -ne se troubla apparemment pas et quelqu’un prêtant même qu’il se soit amusé du truc utilisé par les photographes et de l’embarras que l’affaire avait provoqué au sein de la Curie romaine.

Mais ces photographies du pape au bord de la piscine ne furent jamais publiées parce que quelqu’un les acheta et en fit don au Saint-Siège. Cependant, connaissant bien Karol Wojtyta, je suis sûr qu’il ne se serait pas offusqué dans la mesure où, en lui, il avait toujours conservé un peu de l’esprit désinvolte du jeune étudiant polonais qui s’amusait à faire des blagues à ses amis.

Une histoire de chaussures…

A peine élu, il étonna les vieux cardinaux de la Curie et le cordonnier du Vatican parce que, quand on lui apporta les chaussures rouges, il les prit délicatement et les mit de côté, commandant aussitôt une belle paire de mocassins, par ailleurs marrons et pas même noirs, à utiliser immédiatement, lors de sa deuxième apparition en public.

Et depuis ce jour-là, c’est avec ces mocassins couleur cuir naturel qu’il a parcouru le monde entier avant de les porter avec lui dans la tombe. Le football lui est toutefois toujours resté cher. En 1984, au cours du Jubilé du sport, à Rome, il demanda à aller s’asseoir sur les tribunes du stade, faisant encore une fois frémir les conservateurs de la Curie qui se plaignaient en disant: «II nous manquait seulement le Pape au stade!». Mais lui ne s’en préoccupait guère et il s’amusait même beaucoup. A ce qu’en raconte son secrétaire particulier, Mgr Dziwisz, jusqu’à ce que sa santé le lui permit, il n’a jamais perdu une finale de coupe du monde. Et ce n’est pas tout. Il tint à renforcer l’équipe de football qui, encore aujourd’hui, endosse les couleurs du Vatican et se trouve formée de toutes pièces par des éléments qui travaillent outre les murs léonins qui jouent dans un championnat local. Je me rappelle encore une fois qu’il déclara dans un discours: «Les disciplines sportives pratiquées par des personnes de races et d’extraction sociale différentes deviennent un excellent moyen pour promouvoir la connaissance et la solidarité, tant nécessaire dans un monde déchiré par les conflits ethniques, religieux et raciaux».

Il ajouta ensuite: « Le sport est un médicament fabuleux qui réussit même à transformer les pulsions négatives des hommes en bonnes intentions » (du coup, on se demande si Pie XIII fait assez de sport, ndlr). Il l’a répété souvent, ajoutant au cours de son pontificat que c’est le sport qui avait trempé son caractère énergique.

Et de fait, qui mieux que lui et que son exemple peut enseigner aux autres comment entrer en compétition, comment accepter les grands défis de la vie ? Chacune de ses rencontres avec des sportifs de tout type avait toujours eu un impact extraordinaire réciproque: pour les athlètes, une injection d’enthousiasme et de fair-play, pour lui, un renforcement de souvenirs de jeunesse devenus toujours plus précieux au fur et à mesure que l’inexorable maladie poursuivait son agression. Il aimait à répéter ce que l’apôtre Paul disait souvent au Corinthiens: «Ne savez-vous par que, dans les courses au stade, tous participent mais un seul remporte le prix ? Courez, vous aussi, de manière à pouvoir le remporter!».

Le dernier match

La dernière course de Karol Wojtyla a duré cinq ans et a commencé lorsqu’il sentit qu’il ne pouvait plus marcher avec ces jambes qui l’avaient porté annoncer l’Évangile sur les cinq continents. Il confia à une canne, faite de bois de sa terre de Pologne, la mission de le soutenir plus encore moralement que physiquement, canne qui devint une précieuse compagne pendant au moins deux ans.

Puis ce soutien devint inutile parce que le vieux Karol avait déjà engagé un corps à corps avec la maladie qui l’assaillait tous les jours davantage, le clouant sur un fauteuil jusqu’à le contraindre à jouer le dernier match contre la mort. Quelle douleur pour qui l’avait vu escalader les montagnes, nager dans les rivières, grimper sur les cimes enneigées de ses chères montagnes ! Mais lui avait compris que le meilleur médicament était la rencontre avec les jeunes. Avec eux, il a retrouvé la vigueur de ses jeunes années, il a imaginé d’être redevenu de leur âge et ainsi il chantait, il battait les mains au rythme de la musique, il faisait onduler ses bras dans un mouvement affectueux de pendule entre une jeunesse qui exultait et une vieillesse sur le chemin du crépuscule.

Cher Karol, de lui on a dit tant de choses, à temps et à contre temps, comme cela arrive quand la vanité humaine parvient à écraser la discrétion et la vérité (et parfois aussi comme dans les séries comme The Young Pape, ndlr).

Moi qui ai été un grand admirateur et un ami dévoué, je veux l’imaginer, au moment le plus solennel de sa vie, redevenu le jeune qui, sur les prés de Wadowice, au coup de sifflet final du match de la Vie, sort du terrain en silence et sur le mur de l’Éternité met ses chaussures à crampons au clou de l’Histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *